Recherche


Recherche avancée

Posté par dentruc le 22/8/2005 10:31:11 (1663 lectures)

- Incision horizontale au-dessus de la ligne muco-gingivale,
- Curetage apical et résection apicale a minima sans obturation à rétro,
- Comblement avec de l'os lyophilisé (laboratoire T.B.F à Bron) + poudre de tétracycline (gélule de Spanor),
- Membrane Resolut,
- Suture avec du fil Gore-tex ou Polysorb.
Pour information :
- L'os et la membrane sont à la charge du patient qui règle directement les labos, DC 15 par résection, plus HN pour la pose de la membrane.
- Le Resolut couvre le comblement et n'est pas suturé. (P. Lazaro) .


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:30:54 (414 lectures)

Il s'agissait de faire une fenêtre vestibulaire en regard du kyste en incisant la gencive sans décoller les papilles, de vider son contenu sans cureter, de saisir la membrane et de la suturer à la gencive en laissant ainsi la porte ouverte ... (M. Deverges)


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:30:17 (472 lectures)

voir département "Anesthésiologie".


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:29:54 (245 lectures)
Divers

Essayer l'anesthésique, ça marche, même dans la cheville... plusieurs injections d'anesthésique et la cicatrice n'est plus douloureuse et a gagné en souplesse. (Xavier Alzieu)
ou du serum de Quinton : l'eau de mer un peu bidouillée vendue dans les magasins bio (aussi pour désinfecter les canaux) : un bouchon bleu rempli d'eau + 4 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse que le patient dépose avec un écouvillon. (J-L. Doremieux)
Par la même occasion, j'utilise maintenant depuis un an environ l'extrait de pépin de pamplemousse en instillation paro et ça semble plutôt bien fonctionner. La consistance huileuse fait espérer un effet rémanent supérieur à celui de l'H²O², pas de certitude mais cela semble bien être efficace. En instillation seulement. C'est un produit acheté tel quel (glycérine, 600 mg /100 ml de flavonoïdes et 3g /100 ml de vitamine C) qui s'appelle CitroPlus, vendu dans les magasins genre "Nature et Santé" comme stimulant. (P. Stern)


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:29:31 (882 lectures)

- Pâte Aspirine (ou mieux Véganine)-Eugenol tous les 2-3 jours,
- 1 ou 2 gouttes d'huile essentielle de thym (attention, ça dégage les sinus),
- Pâte Scuroforme-Eugénol tous les 2-3 jours,
- Un eugénate (pas à prise rapide, mais un vrai) spatulé avec du coton, le tout enfoui dans l'alvéole,
- Gaze imbibée de Scuroforme en place pendant 2-3 jours,
- Xylo à 25% (réellement efficace à cette dose) dans du glycérolé d'amidon, en ajoutant 2% de dextaméthasone, à mettre dans l'alvéole et laisser 5 mn, nettoyer l'alvéole puis en remettre avant de laisser partir le patient,
- Préparation en pharmacie : "Eugenol-Butoform-Scuroform-Vaseline" en parts pondérales égales, aussi efficaces que les "alvéolo-machins" et moins chères...
- Les patients qui font une alvéolite à chaque extraction sont ceux qui sont "trop propres" et font de bains de bouche en automédication. Il n'y a rien de pire que cette pratique car tous les bains de bouche contiennent des détergents qui entraînent l'élimination du caillot... et l'os se retrouve à nu : alvéolite automatique. Personnellement, j'INTERDIS les bains de bouche et je prescris "Oropivalone" 6 à 8 comprimés par jour à laisser fondre lentement en bouche pendant 4 ou 5 jours. En procédant ainsi plus d'alvéolite depuis au moins 10 ans. (D. Boccara)
- Essayer également " Alvéo-Penga" de Pierre Rolland : après avoir "égratigner" la gencive marginale (pour faire saigner), on peut remplir l'alvéole (propre) du mélange sang-alvéo-penga. Bien sûr, pas de bain de bouche pour laisser "in situ" l'obturation ainsi réalisée... (J-P. Claret)
- Nettoyer en passant simplement avec douceur un coton imprégné soit de Buséna (mélange ATC+essence de citron+eugénol) vendu par SPAD mais plus commercialisé et que je fais préparer par un pharmacien (sert avec bonheur pour aphtes et toutes blessures) ; sinon dans l'alvéole un comprimé antibiotique écrasé dans une goutte d'eugénol ou de liquide d'obturation canalaire eugénolé de quelque marque que ce soit. Eviter une anesthésie locale (assez pénible à faire et à supporter). (D. Ducasse)
- Fournisseur : "Scuroform" ou du "Butoform" sont, de très loin, les meilleurs antalgiques locaux pour les alvéolites, chez :
A.O.T.P, rue du vieux ruisseau,
31260 Mazères-sur-Salat,
Tél : 05 61 97 49 49,
Fax : 05 61 97 17 18
- Homéopathie : on peut toujours essayer "Arnica Montana 5CH", 3 granules toutes les 2 heures, ça occupe...
- Préventif : pas d'intra-ligamentaire ou septale, anesthésie loin du site si infection, faire saigner pour obtenir un caillot qui couvre toute l'alvéole, interdiction formelle de rincer avec des BDB pendant 48 heures.


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:29:11 (438 lectures)
Chirurgie

- "Adrénolone Tétracaïne" (plus distribué ?), en pharmacie, application locale : rapide et efficace... (r.).
- "China Rubra 15 CH", 3 granules sous la langue, l'effet est très rapide. On peut bien entendu l'utiliser lors d'hémorragie post extractionnelle mais dans ce cas, il est préférable de renouveller 15 mn après, puis une troisième prise 15 mn aprés (3 prises de trois granules toutes les 15 mn). Pour les patients sous anticoagulant dont le taux de prothrombine est limite (30 %), et pour des actes sanglants, ce produit est également intéressant (dents parodontosiques, détartrage) avec les mêmes posologies que précédemment, et en commençant lors de l'anesthésie puis, aprés l'acte. (L. Lefebvre).
- "Arhémapectine", vendu en grosses ampoules, à vider dans un compte gouttes.
Composition : Pectine 300 mg, Chlorure de sodium 140 mg, Chlorure de calcium 7 mg, eau distillée Q.S.P. 20 ml.
En dehors des empreintes, utile aussi en cas d'ouverture accidentelle d'une artériole : comprimer 3 mn avec une compresse imbibée. (J-L. Dorémieux).
- "Surgicel", pour les patients sous anticoagulants ou sous antiagrégants, vendu par boite de12 sachets de 168 € ... Un bout de membrane résorbable avec coiffage d'un Dryfoil apposé via quatre gouttes de cynaoacrylate et, au besoin, un Coepack en sus.


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:28:42 (472 lectures)

- Pâte de Keyes : H²O² à 10 vol (ou "Demtex") et bicarbonate de soude (ou "Bicareplus" : bicarbonate de soude et bromélaïne, plus agréable au gout).
- Pâte de Mons = pâte de Keyes + chlorexidine (Paroex) ; en badigeonnant largement la zone concerné avant et après intervention ! Utilisation comparable, résultats aussi.
Conseillé : stage Charon, inventeur de la Pâte de Mons de "Mons en Baroeul" où il avait son cabinet. (B. Marquet).
- Faire rincer la bouche au Paroex pur avant la séance de soins. C'est bien pour tout, pas seulement pour les anesthésies. (X. Rateau).


Posté par dentruc le 22/8/2005 10:28:15 (511 lectures)

L'ordonnance pour les patients qui devant subir une "grosse" intervention (poses d'implants, extractions de dents de sagesse, etc…) :
* Aquamag (1 boite) : 3 ampoules 3 fois par jour.
* Arnica 9 CH (1 tube) : 3 granules 3 fois par jour ; 4 jours avant jusqu'à 4 jours après l'intervention.
* China 9 CH (1 tube) : 3 granules 3 fois par jour ; 4 jours avant jusqu'à 4 jours après l'intervention.
* Mercurius Solubilis 9 CH : 3 granules 3 fois par jour pendant 8 jours après l'intervention.
* Opium 1 dose 7 CH : une dose 1 heure avant l'intervention.
Avec ce traitement : patients détendus, saignant très peu, salivant peu… l'idéal pour travailler tranquilles. (J-L. Doremieux).
N.B :
- Arnica: post traumatique physique et psychique O.K.
- China : saignement OK pourquoi en 9 ch?
- Mercurius :pourquoi? pas de depose amalgame
- Opium : suites anesthésiques.


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:50:50 (2369 lectures)

Une fiche à distribuer après intervention de chirurgie parodontale, ne pas oublier de modifier l'en-tête ;o))). A télécharger ici :"Conseils post-opératoires"


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:49:49 (338 lectures)

voir département "Matériels".


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:47:52 (354 lectures)

- "Oral-B"(comprimés révélateurs) teinte en rouge la plaque de moins de 48h , en bleu la plaque de plus de 48h. (Th. Couturier).
- "Mira-2-Ton", en solution de 60 ml chez G.A.C.D : révélateur de plaque nouvelle et ancienne. (S. Grebenarovic).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:47:25 (250 lectures)

Implant juvénil :
Le consensus semble établi pour n'intervenir qu'à la fin de la croissance (19 ans pour un homme). Pour temporiser, G. Rozencweig utilise 2 bracketts ODF collés (l'un en distal de 21, l'autre en mésial de 12) comme supports d'une facette résine. Cela semble fiable et évite les solidarisations intermaxillaires chez un jeune patient. (Ph. Meyer).
L'image est ici :"En attendant l'implant"


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:46:32 (2621 lectures)

- Méthode dure :
Protocole à suivre pour arrêter de fumer ... Il est à remarquer que ce protocole a été conseillé par un ami turfiste et très grand fumeur ... et qu'auparavant j'avais tenté en vain presque toutes méthodes de lutte contre le tabagisme (patch , narguilé, pipe, tabac à chiquer, psycho-thérapie individuelle et de groupe). Le procédé est simple : il consiste à prendre 3 jours de congé ou simplement réserver un W.E prolongé pour cette expérience inédite. Avant d'entamer l'expérience il faut respecter néanmoins certaines règles élémentaires :
1) - ne pas faire beaucoup de tapage publicitaire dans son entourage à propos de l'expérience,
2) - oublier pendant les 3 jours la généreuse habitude d'offrir des cigarettes,
3) - disposer d'une seule allumette pour entamer la première cigarette de la journée.
Ayant rempli ces trois conditions l'expérience commence par l'achat de cinq paquets pour chaque journée (100 cigarettes !!!) et de commencer à les consommer une à la suite de l'autre sans relâche du lever au coucher du soleil sans arrêt même au moment des repas ...il faut arriver à finir les 100 cigarettes/jour quelque soient les céphalées et au bout du troisième jour (si on est encore en vie) on sentira un dégoût total de tout ce qui a un rapport de près ou de loin avec la fumée en général et avec le tabac en particulier !!!...
Pour les cigarettes, il n'y a que le mal qui traite le mal ... C'est l'overdose qui tue l'envie de continue de fumer ! (Habib).
- Méthode douce :
Pour arrêter de fumer j'ai utilisé la méthode qui consiste à s'hyperventiler : respirer à fond plusieurs fois en retenant légèrement sa respiration en fin d'inspiration. On ressent comme un petit vertige/étourdissement dû à l'hyperoxygénation du cerveau qui ressemble à la sensation ressentie en fumant et qui enlève l'envie d'en craquer une. Bien sûr, cela n'empêche pas qu'il faut être très motivé pour arrêter de fumer. (R. Albet)
- Méthode pharmaceutique :
Un cardiologue qui, lui aussi, essayait d'en finir, a conseillé les Nicorettes ( gommes à mâcher à la nicotine ) qu'il trouvait + efficaces que le patch, car dès que l'on sent le manque de nicotine, on prend une gomme à la place de la cigarette, et ainsi le manque disparaît ; le patch lui délivrant sa nicotine en continu, on se rend moins compte des moments de manque. Commencer avec 6 gommes/jour (il en autorisait 20/jours pour 1,5 à 2 paquets/jour de Gitanes filtre, et ce depuis 27 ans). Pendant 1 mois, tenir avec 6 gommes, puis descendre à 5, puis 4 le mois suivant, puis 3, puis 2, puis 1, et après, arrêt total des gommes. Quand le manque se fait sentir, prendre un chewing-gum classique sans sucre avec un goût très fort (ex : Freedent à l'Eucalyptus). (Bernard Duffau).
- Méthode écolo :
Si on n'a pas la force de cesser de fumer, on peut y parvenir à l'aide des racines de roseau odorant : mâcher lentement de la racine séchée et coupée en petits morceaux ! Ne pas avaler les restes, mais les recracher ! Son goût amer et épicé atténue l'effet de manque et donne en outre un goût abominable aux cigarettes fumées ensuite. (M. Treben via J-L. Doremieux).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:46:01 (291 lectures)

Gratte-langue "Halita" chez Médicadent. (L. Asseo).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:45:28 (422 lectures)

Parmi les causes nombreuses dont procède l´apparition de la langue noire pileuse, outre les antibiotiques en prise orale, on compte de multiples psychotropes. Mais cette pathologie peut être endogène et révélatrice d´autres maladies, comme l´infection à VIH. Un travail récent en immunohistochimie se penche pour sa part sur les mécanismes qui concourent à cet aspect sombre des papilles filiformes dorsales de la langue et dont la genèse n´avait pas été à ce jour explicitée. La base de la papille filiforme normale est surmontée de 3 à 8 structures allongées (papilles secondaires). Celles-ci se composent d´une colonne centrale de cellules épithéliales, exprimant des kératines du type de celles qu´on trouve dans le cheveu ; et une couche externe de cellules générant des kératines de type peaucier. L´épithélium qui recouvre les papilles primaires est pour sa part de type oesophagien. Dans la maladie de la langue noire, ce sont les papilles secondaires formant la kératine de type chevelue qui sont prédominantes. (Heymann Cutis via A. Chanderot)


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:44:56 (301 lectures)
Parodontie

voir ce sujet développé au département "Divers"
1/ Extrait de pépins de pamplemousse : le meilleur antiseptique-antibiotique naturel ,à action locale, dans des magasins bio : 3 à 4 gouttes dans un bouchon de bouteille d'eau minérale (800 virus et bactéries, 100 champignons).
Usage interne : efficace contre les problèmes infectieux O.R.L, prendre, en nombre de gouttes, l'équivalent du poids, réparti en trois prises dans la journée (dose curative). (J-L. Doremieux).
2/ Baume suédois (?) :
- essence de pin, 5%
- essence de thym, 5%
- essence d'eucalyptus, 5%
- essence de niaouli, 5%
- essence de cannelle de Ceylan, 5%.
Le tout dans de l'alcool à 66 degrés : 66° exactement !!! Certaines pharmacies ont du mal à le préparer correctement à cause du titrage de l'alcool. (G. Brun).
3/ "Gouttes aux essences" de Dolisos : contiennent huiles essentielles (menthe poivrée, girofle, thym, cannelle de Ceylan, lavande) dans de l'alcool (94%). 25 gouttes diluées dans de l'eau 3 fois par jour en début de refroidissement sont très efficaces. (C. Mojaïsky).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:44:06 (310 lectures)

"Dynexan", pommade à la xylocaïne à appliquer sur l'ulcération, notamment au cours des repas (le tube est beaucoup plus petit que celui de gel de xylo classique + un bain de bouche antiseptique "Paroex" sans alcool (éviter l'alcool, ça pique !). (F. Le Bourhis).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:43:45 (334 lectures)

B.M.P ou "Bone Morphogenetic Protein" est une protéine stimulant la néo-formation osseuse. Emdogain, pour ne pas cacher son nom marche, mais c'est cher ... (les coûts pour chaque usage sont environ de $400). Les utilisateurs annoncent une croissance osseuse de 20 mm avec B.M.P dans une éponge. Pour plus d'informations :
Biora/Straruman : Emdogain


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:42:15 (574 lectures)

- Ces colorations noirâtres et épaisses par ailleurs surtout rencontrées en denture lactéale proviennent de bactéries chromogéniques (indépendantes de l'alimentation) et on peut comparer leur présence à celle du tartre chez l'adulte. En effet, elles présentent certaines caractéristiques semblables : directement liées à la qualité de la salive, elles récidivent généralement quelque temps après le polissage ; ces patients ont une résistance à la carie nettement supérieure à la normale. Ces colorations noirâtres (ou brunâtres) s'amoindrissent avec l'age et sont remplacées par une formation de tartre.
Des dépôts noirs peuvent également se déposer chez des enfants prenant des médications contre l'anémie, l'asthme, et autres : il s'agit alors d'oxyde ferrique, mais ces colorations ne récidivent pas à l'arrêt du traitement médicamenteux.
Aussi plaque au niveau de laquelle se trouvent des pigments sanguins de sulfmethemoglobine avec présence de microorganismes et dépôt de cuivre et de fer. Ces dépôts se trouvent, en général, le long du bord cervical... (L'information dentaire n°17 via J. Haidon).
- Il y a dans certains produits laitiers des agents conservateurs qui peuvent donner ce genre de colorations. (J. Barannes).
- Une cause de traces sur les dents est le métabolisme du soufre, composé organique fréquent. Dans la littérature, l'étude des composés volatils sulfurés (VSC en anglais) est bien avancée à ce sujet.
Il s'agit de H²S, CH³SH et (CH³)²S.Ils sont produits par des bactéries (pour la plupart anaérobies) associées à la gingivite, à partir de dégradation protéolytique en peptides et acides aminées contenant du soufre. (Porphyromonas gingivalis, Prevotella intermedia/nigrecens, Actinobacillus actinomycetemcomitans, Campylobacter rectus, Fusobacterium nucleatum, Peptostreptococcus micros, Bacteroides forsythus, Eubacterium species, Spirochetes, ...) mais surtout de l'importante flore microbienne qui se réfugie dans la langue (plus de 100 espèces) dont sont particulièrement responsable de l'halitose (Haemophilus, Veillonella, tomatococcus mucilaginus, Treponema denticola).
En bref étiologie double : la flore microbienne (liens familiaux fréquents) et l'alimentation.
Traitement : Chlorhexidine, Listérine, Eau oxygénée, Bain de bouche contenant des sels méraliques (en particulier du Zn); hygiène buccale comprenant le nettoyage de la langue (plus de 70% de la flore microbienne de la bouche). (Ch. Colpaert).
- A envisager également des pigmentations ethniques, ou induites par les médicaments genre nivaquine au long cours. (St. Maîtrehenry).
- Un pédiatre prescrit des pastilles anti-fungiques à sucer ("Candidex") : les taches ne sont pas réapparues après polissage ; cela confirmerait l'origine fungique. Mais ce traitement à long terme n'entraîne t'il pas des effets secondaires ? (G. Loufrani).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:41:31 (623 lectures)

Les premières manifestations de l'hyperfluorose dentaire s'expriment par un pigment blanchâtre qui finit par virer au jaunâtre et puis au brunâtre ... L'explication est qu'au cours de la minéralisation et en présence d'une hyperfluorose la structure de l'émail se trouve altérée par l'inhibition compétitive de la fixation du Ca !!!
Le fluor semble agir précocement au cours de l'amélogénèse avant même la minéralisation proprement dite de la dent , on observe des altération cellulaires : cytoplasme , RE et mitochondries plus ou moins altérées suggérant une perturbation de la synthèse protéinique ces altérations sont transitoires et n'intéressent que quelques îlots matriciels améloblastiques et ménageant d'autres le résultat c'est qu'au cours de la minéralisation certaines dents ou zones de dents (réparties de manière atypique sur le plan topographique malgré le taux sérique constant et homogéne de Fluorure de Calcium et de parathormone) se trouvent plus exposées que d'autres aux phénomènes dyschromiques du fluor !!!
Traitement : taille en classe V et obturation au composite puis maquillage mais attention au mordançage sur un email fragilisé par l'hyperfluorose !!!
N.B : les étapes de la minéralisation des germes dentaires sont concomitantes mais l'inhibition compétitive de la fixation du Ca sur le complexe phospho-calcique par le fluor est fonction du taux sérique en fluor du moment !!! La variabilité de coloration est fonction de cette notion de seuil de toxicité atteint ou non atteint à un moment donné et qui est le résultat de l'apport fluorique exogène d'une part et de sa filtration rénale d'autre part !!! (Habib).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:41:09 (258 lectures)

"Perborate de sodium" : il n'y a pas de suite à condition que l'obturation canalaire soit bien étanche car le mélange perborate de sodium-H2O2 à 30 volumes (ou mieux : Peroxyde d'Hydrogène à 30 vol et de l' hydroxyde d'Ammonium ) fait un dégagement d'oxygène important qui a tendance à faire sauter le pansement d'obturation. En pratique, préparer une pâte perborate-H2O2 (de l'anesthésique) pas trop liquide à placer dans la cavité et boucher avec un pansement un peu collant et qui durcit vite (Dycal, ciment de scellement, ou autre, l'important est que ça tienne !) ; au bout de 2 jours le produit a fait son effet et n'est quasiment plus actif ; renouveler l'opération 4 à 5 fois. Le perborate est vendu au kg à la pharmacie à peu près 8 €. (Ch. Imbert).
N.B : un coton imbibé avec de l'H2O2 110 volumes que l'on fait pénétrer dans les tubuli dentinaires grâce à une spatule chauffée. On ne laisse rien en place et c'est spectaculaire. (D. Boccara).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:40:49 (213 lectures)

- "Gel Kam" : pas cher et efficace, dans toutes les bonnes pharmacies, à mettre dans la gouttière en lieu et place du peroxyde.
- "Desensitizer " en application. (Ph. Lévy).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:40:28 (230 lectures)
Blanchiment

Le produit Bisico (Dental Dam pour la digue, et Quick pour le Blanchiment) : 3 séances.
* sans gouttières (assez onéreuses chez le prothésiste) : la digue photo est efficace et, s'il y a une légère fuite (rare), la brûlure disparaît en quelques 24 heures. Dans les cas moyens, on gagne deux tons dans le teintier Vita ; le résultat visuel est immédiat, donc effet positif et valorisant de notre acte ; rares plaintes de sensibilités post-opératoires et le patient a l'impression qu'on s'occupe de lui, ce qui justifie les honoraires !
* avec gouttières : RV pour prises d'empreintes, R.V pour ajuster la gouttière, temps d'explications, port nocturne X jours, re-contrôle, inquiétude qu'il ingère du produit malgré lui, résultats à distance donc moins spectaculaires : le patient a l'impression que le travail se fait tout seul (idem sans le dentiste), etc... etc... avec au final un patient qui déclare "Ah ! oui... j'ai vu la même chose à Télé-shopping!!!!! "
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Les gouttières, ne pas en rejeter le principe, mais à utiliser en complément dans les cas "hard", en renfort en quelque sorte.
Photos numériques avant et après : pour moi, et pour le patient, bien sur... (E. Gillis).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:40:00 (267 lectures)
Blanchiment

En gros le blanchiment repose sur l'application de peroxyde sur l'émail des dents. Deux concentrations sont utilisées :
- 10% pour le Blanchiment ambulatoire, moins honéreux : pas d'immobilisation du fauteuil, coût modique des solutés environ 500 frs plus 60 frs par gouttière. Ce n'est pas le procédé le plus efficace, à réserver aux personnes "qui veulent gagner une ou deux teintes" et qui présentent une teinte relativement homogène. Il faut se méfier du gris. (aprés 2 à 3 nuits de traitement avec une gouttiere nocturne les résultats sont déjà à 80%).
- 30 ou 35 pour cent utilisé uniquement au fauteuil sous digue ; plus cher mais beaucoup plus efficace, réservé aux colorations grises ou aux dents ethérochromatiques. Résultats convenables sur des colorations sévères d'origine médicamenteuses (tetracyclines) en associant les deux techniques. "Opalescence" de Bisico, semble satisfaisant.
Les contraintes pour le patient : pendant tout le traitement proscrire tout ce qui colore les dents.
Effets secondaires : de rares sensibilités. Dans ce cas, suspendre le traitement quelques jours pour l'ambulant. En cours de Blanchiment au fauteuil, le patient désigne la dent douloureuse, il faut alors aspirer le produit sur la dent causale et rincer avec une compresse humide on peut poursuivre le Blanchiment des autres dents.
Tenue dans le temps : remettre une petite couche tous les ans. A contre-indiquer aux fumeurs. (B. Hacquard).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:39:29 (288 lectures)

A / Consultation initiale de dépistage général :
Classique : état des lieux / identification de la demande initiale du patient / bilan radio / empreintes / photos / proposition du plan de traitement. Ici présenter au patient les risques (éventuels) qui demandent approfondissements, donc consultations spécialisées, donc examens complémentaires : paro, équilibration, esthétique, prophylaxie individuelle...
B / Consultation spécialisée "esthétique / Blanchiment" :
- D'abord, préciser la demande réelle : pour le patient, sa demande est-elle : éclaircissement de la teinte, globalement, des dents ? Le patient veut-il aussi le changement de forme de certaines dents ? (donc ici soit facettes, soit stratigraphie, etc...). Informer que les anciennes prothèses (porcelaines, résines, etc... risquent de devoir être changées).
- Photographies complémentaires si nécdentruc_downloadre,
- Radios complémentaires si nécdentruc_downloadre,
- Moulages pour le traitement,
- "Détermination" de l'état de chaque dent : taches laiteuses, microfissures, dents déjà soignées par apports de matériaux, dents dépulpées, dyschromies en masse (tétracyclines etc...), émail peu épais, etc...
- Prescription de produits pour "renforcer" (Weleda / Poconeol, etc...).

Lire la suite... | 2403 octets en plus | Commentaires ?

Posté par dentruc le 19/8/2005 12:38:55 (351 lectures)
Blanchiment

Tout d'abord, ne jamais parler de Blanchiment aux patients mais d'éclaircissement !
Voir le patient sur le fauteuil et différencier :
- Taches externes (thé, café, tabac... ) : polir + dentifrice au bicarbonate,
- Taches verdâtres, ce sont des mycoses : polir + antifongiques,
- Caries sèches ou début de caries : micro-abrasion (prep K1) et composites.
1/ Eclaircissement d'une seule dent (dévitalisée ou au canal oblitéré) : cela ne va intéresser que les incisives et canines, au delà, la dent est trop fragile et devra être couronnée.
- Vérifier le traitement canalaire et le reprendre si on n'est pas sur de l'étanchéité,

Lire la suite... | 4681 octets en plus | Commentaires ?

Posté par dentruc le 19/8/2005 12:38:09 (247 lectures)

Les techniques de blanchiment :
Au format ".zip", les différentes méthodes à ce jour', à télécharger ici :
"Les techniques de blanchiment"


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:33:17 (6429 lectures)
Parodontie

La glossodynie révèle souvent une dépression ! Bien que le diagnostic soit facile, les douleurs essentielles (aucune cause évidente) de la langue posent souvent le problème d'une prise en charge complexe, à la fois médicale et psychothérapeutique.
- Objectif pédagogique : rechercher une dépression sous-jacente devant une glossodynie. Fréquent motif de consultation en stomatologie, la glossodynie est une douleur essentielle de la langue. Si le diagnostic en est facile, il n'en est pas de même de la recherche étiologique et du traitement.
- Signes cliniques : la glossodynie atteint essentiellement les femmes vers l'âge de la ménopause. La survenue brutale d'une douleur insupportable de la langue, le plus souvent localisée à la pointe ou au tiers antérieur, motive une consultation en urgence.
- Caractéristiques de la douleur : les termes employés le plus souvent sont ceux de brûlures, de " bouche en feu ", picotements, démangeaisons, tension, pesanteur, voire simple gêne. La douleur est le plus souvent sourde, rarement très intense ; s'y associent fréquemment des troubles de la salivation et du goût, et une sensation de bouche sèche.
- Durée et rythme : fait essentiel au diagnostic, la douleur augmente dans la journée, pour cesser la nuit. Dans la majorité des cas, la douleur disparaît pendant les repas.
- Conditions d'apparition : l'apparition de la glossodynie coïncide souvent avec un épisode affectif précis, ou la découverte d'un cancer chez un proche du malade. La cancérophobie est constante : la patiente passe le plus clair de son temps à s'examiner devant son miroir et croit découvrir des anomalies décrites comme des " boutons " ou des " crevasses ". Enfin, la gêne peut parfois être reliée à des événements " locorégionaux " : soins dentaires, pose de prothèses...
- Examen clinique : la muqueuse linguale est soigneusement examinée à l'œil nu, avec un bon éclairage, puis à la loupe. L'examen clinique ne révèle aucune anomalie des muqueuses ou de la salive ; en particulier, la salivation n'est nullement perturbée. Il existe parfois des lésions au niveau de la langue, dues à la glossodynie en elle-même : empreintes dentaires plus marquées d'un côté, érythèmes par frottement, tics de succion, voire hypertrophie massétérine. L'examen clinique se révèle strictement normal.

Lire la suite... | 4760 octets en plus | Commentaires ?

Posté par dentruc le 19/8/2005 12:31:50 (964 lectures)

Stomatodynies et Glossodynies :
Plusieurs traitements sont disponibles pour les stomatodynies et les glossodynies :
- pilocarpine (teinture de Jaborandi)
- les corticoides locaux (glossettes de Betneval)
- la vitamine A acide (Locacid)
Pour plus de renseignements, contacter :
- l'A.L.F (Association Langue de Feu) : Boite Postale 9, 65150, Saint Laurent de Neste. Cette association centralise toutes les demandes de patients et recense les divers traitements en cours. Elle édite régulièrement un bulletin d'information.
- Dr. Alian WODA (alain.woda@u-clermont1.fr). Demandez lui son article (traduit en français) intitulé "le point sur la stomatodynie". A possible therapeutic solution for Stomatodynia (burning mouth syndrome), Journal of Orafacial Pain, vol 12 N°4, 1998.
- Maison des Maladies Orphelines :
5, rue Casimir Delavigne,
75006 Paris,
Tél : 01 43 25 98 00,
Fax : 01 43 54 32 56,
Courriel :mailto:mmo@afrg.org
http://www.afrg.org/

(P. Lazaro).


Posté par dentruc le 19/8/2005 12:30:26 (350 lectures)

voir département "Matériels".


« 1 ... 11 12 13 (14) 15 16 17 ... 23 »